Festins de classes, Ethiopie

Festins de classes. Images des premiers établissements populaires de restauration d’Addis-Abeba (années 1920-1930)

Thomas Guindeuil (secrétaire scientifique du Centre français des études éthiopiennes/chercheur associé à l’IMAF), tomaso.gu@gmail.com

« Plats aristocratiques fins et délicieux ». C’est le texte d’une enseigne de restaurant d’Addis-Abeba des années 1920, que se remémore l’historien éthiopien Berhanou Abebe. La formule est intrigante : qu’est-ce qu’un « plat aristocratique » en Ethiopie, à cette époque ? Surtout, à qui est destiné ce message publicitaire ? Probablement pas aux « aristocrates ». Le slogan illustre une période charnière : après ces temps pionniers pour la restauration éthiopienne, puis l’occupation italienne (1936-1941), la cuisine professionnelle revendiquera plutôt la « tradition », voire la « nation ». Si les témoignages directs sont rares sur la période qui voit se développer la restauration populaire dans la capitale impériale éthiopienne, les formes de cette restauration se précisent dans l’analyse des enseignes peintes qui s’affichent sur le fronton des établissements où l’on boit et mange. La mission ethnographique Dakar-Djibouti, dirigée par Marcel Griaule, en a photographié deux, et acheté trois en 1931. Des documents visuels rares et chargés de symboles qui, une fois confrontés aux textes, offrent une perspective inédite à la fois sur les lieux de sociabilité, les relations entre classes sociales et l’évolution des métiers de bouche d’une ville alors en plein développement.