De la représentation à la suggestion, Madagascar

De la représentation à la suggestion : quand les tableaux révèlent l’intimité des peintres malgaches (XXe)

Pauline Monginot, doctorante CESSMA, Université de Paris 7, pauline.monginot@gmail.com

Dans la première moitié du XXe siècle, les artistes peintres des Hautes Terres malgaches cherchent définir les contours de leur identité dans une société où se superposent normes merina et ordre colonial. Après l’ouverture d’une école des Beaux-arts à Antananarivo en 1914 et le développement d’un marché de l’art colonial, le modèle assigné aux peintres malgaches semble être celui de l’artiste démiurge occidental. Ainsi, les rapports d’enseignement coloniaux autant que les critiques d’expositions publiées dans la presse rendent compte d’une volonté de les faire correspondre à cette figure européenne. Or, si les archives les désignent comme tels, l’étude de leurs productions ouvre d’autres perspectives. Le choix des sujets iconographiques peut être interprété comme un moyen de s’approprier une identité étrangère et de l’adapter aux codes de la société malgache. S’ouvre alors une réflexion sur l’usage des tableaux comme une source historique essentielle pour comprendre la façon dont les peintres malgaches ont revendiqués la singularité de leur identité artistique.

Bibliographie

Prost F., L’art pictural : une source pour l’histoire de l’Athènes préclassique. In: L’antiquité classique, Tome 66, 1997. pp. 25-43

Marin L., Le cadre de la représentation et quelques-unes de ses figures, Les cahiers du Musée National d’art moderne, n°24, été 1988. P62- 81

Compte-rendu par Nicolas Wanlin de son ouvrage De la représentation, assez éclairant : http://www.fabula.org/cr/166.php

Monginot Pauline, Les ateliers d’arts appliqués malgaches, Art et transmission, Bonnet A, Lavie J, Noirot J, Rinuy JP, PUR Rennes, 2014, p71-83