Les murmures de la reine, Madagascar

Les murmures de la reine. Possessions et historicités dans le Nord-Ouest de Madagascar

Samuel F. Sanchez, post-Doc DIAL (IRD – Univ. Paris Dauphine) samuelfsanchez@gmail.com

Cette communication est un retour sur mon expérience de terrain, au cours de mon travail sur l’histoire des sociétés malgaches du Nord au XIXe siècle. Dans un objectif d’histoire sociale, l’abondance des sources écrites européennes permet d’établir une chronologie et d’amasser et dater de nombreuses données. Pourtant, la dimension sensible et vécue par les habitants des périodes étudiées n’apparait que fortuitement, et de manière détournée, à travers les sources écrites, produites la plupart du temps par des Européens de passage (coloniaux, marins, missionnaires) ou des agents de l’armée du Royaume de Madagascar. Comment donc dépasser le monopole de l’énonciation des faits passés, détenu par les bureaucraties européennes et malgaches ? Est-il possible de restituer le point de vue des acteurs malgaches du Nord au milieu du XIXe siècle ? Si oui, quelle méthode suivre ? La méthode de l’histoire orale peut s’orienter vers des formes actuelles et locales d’expression de l’histoire, toujours vivantes. Dans le Nord-Ouest de Madagascar, un des principaux vecteurs d’historicité communautaire reste les phénomènes de possession saha ou tromba. Les possédés incarnent des ancêtres prestigieux, généralement anciens souverains, et jouent un rôle important dans les milieux politico-religieux du Nord-Ouest.
Après avoir défini les différents types de possessions et leur rôle dans la société malgache, j’aborderai trois points :
Il s’agit d’abord de déterminer le poids des historicités locales dans l’historiographie. Les historiens de Madagascar se sont, depuis le XIXe siècle, appuyés sur des sources orales –souvent sans le dire explicitement- tirées des milieux monarchiques pour bâtir des chronologies et des généalogies de l’histoire de Madagascar. Il y a donc une histoire de l’histoire à faire, dont le socle est souvent l’oralité. Une lecture critique de l’historiographie permet d’analyser la construction d’un savoir historique bien plus connecté qu’il n’en a l’air à l’historicité propre aux milieux dynastiques malgaches (et en particulier à l’ancestralité).
Ensuite, je reviendrai sur mon expérience particulière et l’usage que j’ai fait d’un récit collecté à Nosy Be auprès d’une possédée royale (saha). Le témoignage d’une reine trépassée en 1845, par la bouche du medium, décrit de manière vivante et métaphorique l’arrivée des Français dans le Nord-Ouest de Madagascar. Que nous enseigne concrètement ce récit d’un point de vue historique ? Peut-on faire une histoire connectée de cette période à partir de ce type de manifestation ?
Enfin, je m’interrogerai sur les différents régimes d’historicités et de rapports au temps qui s’expriment à travers l’expérience de la possession. Quel est le rapport à l’histoire entretenu dans les milieux monarchiques malgaches, où l’ancestralité est un socle de compréhension du monde ? La relativité des temporalités incite à une réflexion sur le rapport au temps (et à l’histoire) dans un contexte de globalisation.

Bibliographie

Ballarin M.P., Les reliques royales à Madagascar : source de légitimation et de pouvoir, XVIIIe-XXe siècle, Karthala, Paris, 2000, 463p.

Baré J.F., Pouvoir des vivants, langage des morts : idéologiques sakalava, Paris, Maspéro, 1977, 142p.

Berger L., Les Raisons de la colère des ancêtres Zafinifotsy (Ankarana, Madagascar). L’anthropologie au défi de la mondialisation, thèse de doctorat sous la direction de Maurice E. F. Bloch, EHESS, 2006, 824 p.

Bertrand R., « Politiques du moment colonial. Historicités indigènes et rapports vernaculaires au politique en « situation coloniale », in Questions de recherche, n°26, oct. 2008, 49 p.

Estrade J.M., Un culte de possession à Madagascar, le tromba, Paris, Anthropos, 1977, 390p.

Jaovelo-Dzao R., Mythes, rites et transes à Madagascar: angano, joro et tromba sakalava, Ambozontany-Paris, Karthala, 1996, 391p.

Lambek M., The Weight of the past. Living with history in Majunga, Madagascar, New-York, Palgrave Macmillan, 2002

Lombard J., Le royaume sakalava du Menabe : essai d’analyse d’un système politique à Madagascar, XVIIe-XXe siècle, Paris, ORSTOM, 151p.

Nielssen H., Ritual Imagination, a Study of Tromba Possession Among the Betsimisaraka in Eastern Madagascar, Leyden, Brill, 2012, 326 p.

Ottino P., « Le Tromba, Madagascar », L’Homme, vol. 4, n° 1, 1965, p. 83-94.

Raison-Jourde F. (dir.), Les souverains de Madagascar. L’histoire royale et ses résurgences contemporaines, Paris, Karthala, 1983, 476p.

Rusillon H., Un culte dynastique avec évocation des morts chez les Sakalaves de Madagascar, le « tromba », Paris, Picard et Fils, 1912, 194p.

Sharp L, The possessed and the dispossessed. Spirits, identity and power in a Madagascar Migrant town, Berkeley, University of California Press, 1993