Archives mensuelles : mai 2015

La possession comme source

La possession comme source. Corps et mémoire à Harar

Silvia Bruzzi (IMAf)

Harar, la « ville des saints » (Madināt al-awliyā’), est marquée par le passage de savants et mystiques de tous les coins du monde musulman, avec ses sanctuaires consacrés à leur mémoire. Près de certains centres, la croyance dans les ğinn et la pratique du zār sont répandues. On croit que certains femmes, comme dans le cas de Ay Rawda Qallu, peuvent évoquer et être possédées par les awliyā’ (saints). Le corps possédé peut changer d’identité et devenir un vecteur pour la mémoire. Comment la possession peut représenter un genre d’histoire orale avec une emphase sur le récit de vie et la mémoire sociale ? Ce cas d’étude nous montre comment, au delà des  témoignages oraux, la mémoire peut être incorporée et incarnée.

Music and performance as historical sources

Music and performance as historical sources: examples from East Africa

Francesca Declich (Universitè de Urbino)

In East Africa music and dances have been widely recognised as contexts, which have fostered integration and identity formation. Ethnic groups at the end of the nineteenth century were often identified through their dances or songs. Dances were often related to rituals and initiations.  Words of songs contain important signs of historical events and can be decoded; the very existence of certain dances in certain areas may indicate movements of people occurred for different reasons. In this paper I shall present some cases of songs of several ritual songs I gathered along the Juba River in Southern Somalia among communities of descendants from escaped slaves. Historical events are described in several ritual songs. The case of masked dances from secret societies brought from Malawi to southern Somalia by slaves of the Indian Ocean trade will also be presented.

Images et corps des rois

Images et corps des rois. Utilisation des sources visuelles pour une histoire de l’Ethiopie contemporaine

Estelle Sohier (Université de Genève)

La photographie a été importée en Ethiopie durant la deuxième moitié du XIXème siècle par des voyageurs européens, puis arméniens et indiens. Amateurs et professionnels ont produit d’innombrables images aujourd’hui en partie conservées dans des archives privées ou publiques de différents pays. Ces documents permettent de poser de nouvelles questions sur l’histoire de cette région, par exemple sur les échanges culturels et politiques au niveau local, mais aussi international, sur la culture visuelle de cette société et sur la mise en scène des corps. Leur utilisation comme sources historiques pose toutefois un certain nombre de problèmes méthodologiques. Nous les évoquerons à travers le cas des photographies de la royauté éthiopienne réalisées à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle.

Télécharger la bibliographie ici:

Bibliographie 29.05.2015