Archives mensuelles : juin 2015

Ethnicité et discours historique

Ethnicité et discours historiques en temps de crises politiques au Sud Soudan : de 1955 à 2014

Clémence Pinaud (NYU Shanghai)

La  nouvelle  guerre  civile  du  Sud  Soudan,  commencée  en  Décembre  2013,  a  été décrite dans de nombreux medias comme un conflit ethnique, opposant les groups des Dinka contre les Nuer. Les stéréotypes ethniques actuels entre Dinka et Nuer reprennent  pratiquement  trait  pour  trait  ceux  du  dernier  conflit,  tout particulièrement dans les années 90. Pourtant les tensions ethniques sont loin de ne concerner  uniquement  ces  deux  groupes.  Quelle  est  l’histoire  des  diverses antagonismes  ethniques  au  Sud  Soudan ?  À  travers  des  sources  primaires  et secondaires,  mais  surtout  orales,  cette  présentation  commence  de  retracer  une histoire de l’ethnicité au Sud Soudan en se focalisant tout particulièrement sur les mariages inter-ethniques. Ces derniers sont considérés comme symptomatiques des antagonismes  ethniques.  Pourtant,  mariages  inter-ethniques  ne  riment  pas forcement avec paix inter-ethnique. En effet, la mixité ethnique au Sud Soudan a été porteuse d’amplitudes, significations et conséquences différentes selon les contextes politiques du pays.

En quête des métis

En quête des métis, entre catégorie coloniale et réalité sociale

Violaine Tisseau (IMAF)

Dans cette communication, je présenterai les enjeux et difficultés méthodologiques auxquels j’ai été confrontée au cours de mon doctorat qui portait sur les métis d’Européens et de Malgaches dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, aux 19ème et 20ème siècles. Face à la population métisse, les autorités coloniales ont cherché à redonner de la cohérence à l’ordre colonial, bousculé par l’existence des métis : les archives se font alors le reflet de ces anxiétés (ex : statistiques de population). Pour dépasser cette approche et explorer plus en détail cette catégorie de « métis », il m’a fallu recourir à d’autres sources, en particulier à des entretiens. Il s’est alors agi de faire à la fois une histoire de l’assignation identitaire d’une part, et une histoire des pratiques quotidiennes, d’autre part. Seul le jeu d’échelles et la complémentarité des méthodes quantitatives et qualitatives, a ainsi permis de réfléchir au cœur du problème : l’articulation entre une identité assignée – celle de métis – et les trajectoires individuelles, mettant ainsi en lumière les jeux autour de cette catégorie de « métis ».