Archives mensuelles : février 2016

Le génocide invisible? Ruwanda

Florent Piton, doctorant contractuel à l’université Paris 7 – Denis Diderot – CESSMA, florentpiton1@gmail.com

 Le génocide invisible ? L’apport des archives administratives dans l’écriture de l’histoire locale de la violence au Rwanda (1990-1994)

Un simple détour aux archives nationales à Kigali, ou dans tout autre dépôt d’archives locales, le confirme : l’Etat rwandais était un grand producteur de papiers, des volumineux rapports annuels transmis par les administrations à la correspondance quotidienne entre les services, en passant par les procès-verbaux de réunions ou les multiples rapports sur la démographie, la sécurité, la production agricole, l’éducation, ou le nombre de chèvres vendues au marché. Ce constat, bien documenté sur la deuxième République (1978-1990), est tout aussi vrai pour la période de la guerre et du génocide (1990-1994). Alors que l’historiographie récente de cette période mobilise surtout les archives judiciaires et les sources orales, ma communication vise à interroger l’intérêt heuristique de ces archives administratives pour une histoire locale de la violence au Rwanda entre 1990 et 1994. Les massacres et les attaques ciblées contre les Tutsi sont certes largement ignorés de ces archives, tout autant que la mobilisation des organes de l’Etat dans la polarisation ethnique. Doit-on pour autant en conclure à l’invisibilité du génocide et des violences qui l’accompagnent dans ce corpus documentaire ? Sa lecture informe en effet la mise en place des structures de l’autodéfense civile dans le cadre de la guerre, de même que l’intensité des violences politiques sur les collines. On mesure ainsi la porosité qui s’installe entre les différents registres de violences, de guerre, politiques et génocidaires. En outre, l’attention portée à la « langue des archives », en français comme en kinyarwanda, vient redoubler les analyses sur les « mots du génocide » tels qu’ils ressortent des discours publics ou des médias écrits et radiophoniques. Enfin, l’examen des lignes de force, des creux et des silences de ces archives dresse les contours d’un espace mental irrigué par la peur et la menace, dans un contexte marqué par la guerre et le multipartisme. Le matériau archivisitique ne nous permet donc pas seulement d’écrire une histoire factuelle, et en quelque sorte positiviste, du génocide perpétré contre les Tutsi. Il est une porte d’entrée vers les pratiques, les discours et les représentations qui conditionnent la nature du dernier génocide du XXe siècle.

Mini-colloque des étudiants, Aix-en-Provence

NB: Attention: ce programme est provisoire

1 avril, MMSH, Aix-en-Provence, salle 9 et 3

Université d’Aix-Marseille et Université de Paris

 

1ère partie : 10h00 – 12h00, salle 9, MMSH

Jean Pierre Chrétien (IMAF-Paris) et Elena Vezzadini (IMAF-Paris) :

Tendances et perspectives en histoire sociale de l’Afrique orientale : regards croisés

Modérateur: Henri Médard (IMAf-Aix)

En suivra un débat

12h00 -13h30 : pause déjeuner

2ème partie : 13h30 à 18h, salle 4, MMSH

13h30 – 14h10 : Mathias Gerecht (M2 Aix)

Race et Religion en Ankole (Ouganda) : Représentations des Bairu et des Bahima chez les missionnaires européens (Pères Blancs et Church Missionary Society)

Modérateur: Silvia Bruzzi

14h10 – 14h50 : Agathe Lemaitre (M2 Aix),

La RDA et l’Ouganda : des relations diplomatiques durant la guerre froide

Modérateur: Violaine Tisseau

14h50 – 15h30 : Lou Stassen (M2 – Paris 1)

Modérateur: Henri Médard

15h30 – 16h00 : pause

16h00 – 17h00 : Vanessa Pedrotti (doctrante, Aix)

La maladie, un acteur de la construction de l’Empire éthiopien. Histoire de la lèpre et des léproseries en Éthiopie : une histoire environnementale (1901-2001)

Modérateur: Simon Imbert-Vier

Chant, émotions, et mémoire autobiographique, Ethiopie du Nord

Katell Morand, maître de conférences à l’université Paris Ouest, associée au Centre de Recherche en Ethnomusicologie, katellmorand@free.fr

Chant, émotions, et mémoire autobiographique : comprendre et retracer les conflits locaux en Ethiopie du Nord

La vallée du Nil Bleu, qui sépare en Ethiopie du Nord les anciennes provinces du Gojjam et du Begemder, fut longtemps réputée pour le « banditisme endémique » (Crummey 1986) qui y régnait. Aujourd’hui encore, la violence y est plus prononcée que dans les hautes-terres environnantes, alors que de nombreux conflits locaux motivés y sont motivés par les rivalités personnelles et des vendettas entre coalitions familiales. L’objectif de cette présentation est de montrer comment une ethnographie portant sur des formes de poésie chantée a permis de retracer et de comprendre les mécanismes de ces conflits dans des situations où ils se dérobent à la conversation ordinaire. Partie prenante des événements et porteurs d’émotions irrépressibles, ces chants font le lien entre mémoire autobiographique et connaissances partagées, et s’ancrent dans les formes plus politiques du passé pour proposer des versions personnelles et toujours malléables des histoires de la localité.

Bibliographie

Crummey, Donald (1986), « Banditry and Resistance: Noble and Peasant in Nineteenth Century Ethiopia « , in D. Crummey (ed), Banditry, Rebellion, and social protest in Africa, London : James Currey, pp 133-149.

Morand, Katell (2011), « Mélodies pleurées, paroles à attraper: les chants d’engurguro dans des funérailles éthiopiennes », Cahiers de littérature orale 69: 57-78

Morand, Katell (2013),    « En forêt, la musique : entre inquiétude et sentiment d’intimité », Etnográfica 17 (3): 561-579.

Musiques, sonorités et émotions, Madagascar, Mozambique

Didier Nativel, professeur, Université de Paris 7 associé au CESSMA, dnativel@club-internet.fr

Musiques, sonorités et émotions à l’époque coloniale (Madagascar, Mozambique)

Selon F. Wolff (2015), il existe un paradoxe dans les rapports entre musique et émotions. La musique exprime une gamme limitée d’émotions d’ordres plutôt génériques (tristesse et joie par exemple). Des sentiments spécifiques (colère, honte, gêne, inquiétude etc.), sont hors de portée sans l’accompagnement de textes. D’un autre côté, la force expressive de certaines productions musicales renvoient à des affects qu’il est parfois difficile de mettre en mots. Le potentiel émotionnel de la musique est donc complexe à analyser. Il doit l’être en contexte, autour d’acteurs bien définis évoluant dans des cadres matériels et normatifs précis.

C’est à partir de ces préalables et d’une démarche soulignant le rôle actif de la musique dans des expériences corporelles partageables, que j’examinerai plusieurs scènes sonores situées avant tout dans des espaces urbains malgaches, mozambicains voire sud-africains, entre le début du XXe siècle et les années 1970. J’évaluerai les dimensions affectives du jeu musical au sein d’univers ségrégatifs et, souvent, répressifs conduisant à une disqualification sensorielle des colonisés. Je me demanderai dans quelle mesure, la musique participe à la consolidation de « communautés émotionnelles » (Rosenwein, 2006) ?

Bibliographie

  • C. Ambroise-Rendu, A-E. Demartini, H. Eck et alii (dir.), Emotions contemporaines, Paris, A. Colin, 2014.
  • Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, La Découverte, 2013.
  • Nativel, « Mondes sonores et musiciens des quartiers périphériques de Lourenço Marques (1940-1975) » in F. Rajaonah (dir.), Cultures citadines dans l’océan Indien occidental (XVIIIe-XXIe). Pluralisme, échanges, inventivité, Paris, Karthala, 2011, p. 235-255.
  • H. Rosenwein, Emotional Communities in Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2006.
  • Sopa, A alegria é uma coisa rara. Subsídios para a história da música popular urbana em Lourenço Marques (1920-1975), Maputo, Marrimbique, 2014.
  • Wolff, Pourquoi la musique ? Paris, Fayard, 2015.

Les murmures de la reine, Madagascar

Les murmures de la reine. Possessions et historicités dans le Nord-Ouest de Madagascar

Samuel F. Sanchez, post-Doc DIAL (IRD – Univ. Paris Dauphine) samuelfsanchez@gmail.com

Cette communication est un retour sur mon expérience de terrain, au cours de mon travail sur l’histoire des sociétés malgaches du Nord au XIXe siècle. Dans un objectif d’histoire sociale, l’abondance des sources écrites européennes permet d’établir une chronologie et d’amasser et dater de nombreuses données. Pourtant, la dimension sensible et vécue par les habitants des périodes étudiées n’apparait que fortuitement, et de manière détournée, à travers les sources écrites, produites la plupart du temps par des Européens de passage (coloniaux, marins, missionnaires) ou des agents de l’armée du Royaume de Madagascar. Comment donc dépasser le monopole de l’énonciation des faits passés, détenu par les bureaucraties européennes et malgaches ? Est-il possible de restituer le point de vue des acteurs malgaches du Nord au milieu du XIXe siècle ? Si oui, quelle méthode suivre ? La méthode de l’histoire orale peut s’orienter vers des formes actuelles et locales d’expression de l’histoire, toujours vivantes. Dans le Nord-Ouest de Madagascar, un des principaux vecteurs d’historicité communautaire reste les phénomènes de possession saha ou tromba. Les possédés incarnent des ancêtres prestigieux, généralement anciens souverains, et jouent un rôle important dans les milieux politico-religieux du Nord-Ouest.
Après avoir défini les différents types de possessions et leur rôle dans la société malgache, j’aborderai trois points :
Il s’agit d’abord de déterminer le poids des historicités locales dans l’historiographie. Les historiens de Madagascar se sont, depuis le XIXe siècle, appuyés sur des sources orales –souvent sans le dire explicitement- tirées des milieux monarchiques pour bâtir des chronologies et des généalogies de l’histoire de Madagascar. Il y a donc une histoire de l’histoire à faire, dont le socle est souvent l’oralité. Une lecture critique de l’historiographie permet d’analyser la construction d’un savoir historique bien plus connecté qu’il n’en a l’air à l’historicité propre aux milieux dynastiques malgaches (et en particulier à l’ancestralité).
Ensuite, je reviendrai sur mon expérience particulière et l’usage que j’ai fait d’un récit collecté à Nosy Be auprès d’une possédée royale (saha). Le témoignage d’une reine trépassée en 1845, par la bouche du medium, décrit de manière vivante et métaphorique l’arrivée des Français dans le Nord-Ouest de Madagascar. Que nous enseigne concrètement ce récit d’un point de vue historique ? Peut-on faire une histoire connectée de cette période à partir de ce type de manifestation ?
Enfin, je m’interrogerai sur les différents régimes d’historicités et de rapports au temps qui s’expriment à travers l’expérience de la possession. Quel est le rapport à l’histoire entretenu dans les milieux monarchiques malgaches, où l’ancestralité est un socle de compréhension du monde ? La relativité des temporalités incite à une réflexion sur le rapport au temps (et à l’histoire) dans un contexte de globalisation.

Bibliographie

Ballarin M.P., Les reliques royales à Madagascar : source de légitimation et de pouvoir, XVIIIe-XXe siècle, Karthala, Paris, 2000, 463p.

Baré J.F., Pouvoir des vivants, langage des morts : idéologiques sakalava, Paris, Maspéro, 1977, 142p.

Berger L., Les Raisons de la colère des ancêtres Zafinifotsy (Ankarana, Madagascar). L’anthropologie au défi de la mondialisation, thèse de doctorat sous la direction de Maurice E. F. Bloch, EHESS, 2006, 824 p.

Bertrand R., « Politiques du moment colonial. Historicités indigènes et rapports vernaculaires au politique en « situation coloniale », in Questions de recherche, n°26, oct. 2008, 49 p.

Estrade J.M., Un culte de possession à Madagascar, le tromba, Paris, Anthropos, 1977, 390p.

Jaovelo-Dzao R., Mythes, rites et transes à Madagascar: angano, joro et tromba sakalava, Ambozontany-Paris, Karthala, 1996, 391p.

Lambek M., The Weight of the past. Living with history in Majunga, Madagascar, New-York, Palgrave Macmillan, 2002

Lombard J., Le royaume sakalava du Menabe : essai d’analyse d’un système politique à Madagascar, XVIIe-XXe siècle, Paris, ORSTOM, 151p.

Nielssen H., Ritual Imagination, a Study of Tromba Possession Among the Betsimisaraka in Eastern Madagascar, Leyden, Brill, 2012, 326 p.

Ottino P., « Le Tromba, Madagascar », L’Homme, vol. 4, n° 1, 1965, p. 83-94.

Raison-Jourde F. (dir.), Les souverains de Madagascar. L’histoire royale et ses résurgences contemporaines, Paris, Karthala, 1983, 476p.

Rusillon H., Un culte dynastique avec évocation des morts chez les Sakalaves de Madagascar, le « tromba », Paris, Picard et Fils, 1912, 194p.

Sharp L, The possessed and the dispossessed. Spirits, identity and power in a Madagascar Migrant town, Berkeley, University of California Press, 1993

Une épidémie sur-sexualisée

Une épidémie sur-sexualisée ? L’explication comportementale du VIH/sida en Afrique entre économie politique et représentations raciales

Moritz Hunsmann, chargé de recherche CNRS/IRIS, moritz.hunsmann@ehess.fr

Les récits causaux des épidémies du VIH en Afrique sub-Saharienne continuent largement à puiser dans des explications liées aux comportements sexuels – supposés différents – des Africains. Cette intervention présente brièvement un vaste corpus d’études soulignant le rôle déterminant de variables biologiques non-comportementales (les coïnfections et maladies parasitaires, et le risque iatrogène) dans la propagation exceptionnelle du virus sur le continent. À partir de ce petit détour par l’épidémiologie, elle explore les facteurs sociaux, politiques et institutionnels pouvant expliquer la dominance continue, malgré son invalidation empirique, d’une étiologie comportementale des épidémies africaines du VIH/sida.

Sexuality, STDs and Fertility Change in East Africa

Sexuality, STDs and Fertility Change in East Africa, 1900-1970

Shane Doyle, Senior Lecturer in Modern African History, University of Leeds, s.d.doyle@leeds.ac.uk

Previous work on STDs in East Africa before HIV has focused on the early colonial period, when fears of depopulation prompted intrusive, moralistic programmes of surveillance and compulsory examination and treatment, often on the basis of misdiagnosis. However, after the 1920s the military and missionary components of STD control lessened in significance, and testing became both more common and more cautiously interpreted. This paper will discuss the evolution of STD policies and trends in incidence through the colonial and early post-colonial periods, focusing in particular on the relationship between STDs and fertility.

Bibliographie

Shane Doyle, Before HIV (2013)
Megan Vaughan, Curing their Ills, chapter 6 ‘Syphilis and Sexuality’
Lyons, Maryinez. « Sexually Transmitted Diseases in the History of Uganda. » Genitourinary Medicine 70, no. 2(1994): 138-15
Carol Summers, ‘Intimate Colonialism: The Imperial Production of Reproduction in Uganda, 1907-1925’, Signs Vol. 16, No. 4, Women, Family, State, and Economy in Africa (Summer, 1991), pp. 787-807
Musisi, Nakanyike B. « Morality as identity: The missionary moral agenda in Buganda, 1877–1945. » Journal of religious history 23.1 (1999): 51-74.

De la représentation à la suggestion, Madagascar

De la représentation à la suggestion : quand les tableaux révèlent l’intimité des peintres malgaches (XXe)

Pauline Monginot, doctorante CESSMA, Université de Paris 7, pauline.monginot@gmail.com

Dans la première moitié du XXe siècle, les artistes peintres des Hautes Terres malgaches cherchent définir les contours de leur identité dans une société où se superposent normes merina et ordre colonial. Après l’ouverture d’une école des Beaux-arts à Antananarivo en 1914 et le développement d’un marché de l’art colonial, le modèle assigné aux peintres malgaches semble être celui de l’artiste démiurge occidental. Ainsi, les rapports d’enseignement coloniaux autant que les critiques d’expositions publiées dans la presse rendent compte d’une volonté de les faire correspondre à cette figure européenne. Or, si les archives les désignent comme tels, l’étude de leurs productions ouvre d’autres perspectives. Le choix des sujets iconographiques peut être interprété comme un moyen de s’approprier une identité étrangère et de l’adapter aux codes de la société malgache. S’ouvre alors une réflexion sur l’usage des tableaux comme une source historique essentielle pour comprendre la façon dont les peintres malgaches ont revendiqués la singularité de leur identité artistique.

Bibliographie

Prost F., L’art pictural : une source pour l’histoire de l’Athènes préclassique. In: L’antiquité classique, Tome 66, 1997. pp. 25-43

Marin L., Le cadre de la représentation et quelques-unes de ses figures, Les cahiers du Musée National d’art moderne, n°24, été 1988. P62- 81

Compte-rendu par Nicolas Wanlin de son ouvrage De la représentation, assez éclairant : http://www.fabula.org/cr/166.php

Monginot Pauline, Les ateliers d’arts appliqués malgaches, Art et transmission, Bonnet A, Lavie J, Noirot J, Rinuy JP, PUR Rennes, 2014, p71-83

Chansons et élections au Kenya

Chansons et élections au Kenya : le cas du chanteur de benga kikuyu, Joseph Kamaru

Hervé Maupeu, maître de conférences, UPPA, LAM UMR 5115, herve.maupeu@univ-pau.fr,

Joseph Kamaru est l’un des pères-fondateurs du benga kikuyu, un genre musical particulièrement populaire des années 60 aux années 2000. À l’occasion des trois premières élections générales multipartisannes (1992-1997 & 2002), il a diffusé des cassettes commentant le processus électoral à travers des prêches chantés. Nous situerons cette pensée dans le cadre du renouveau du nationalisme kikuyu et nous expliquerons l’évolution de sa réflexion d’un scrutin à l’autre, notamment en fonction du champ des acteurs politiques.

Bibliographie :
Hervé Maupeu, « L’intellectuel populaire et l’imaginaire politique gikuyu. Le cas de Joseph Kamaru (Kenya) », in Kouvouama & Al. (Dir.), Figures croisées d’intellectuels Trajectoires, modes d’action, productions (Paris, Karthala, 2007, pp.161-182).

Hervé Maupeu, (avec Mbûgua wa-Mûngai), « La politique des bars gikuyu de Nairobi », Cahiers d’études africaines, XLVI, 2006, 182, pp.313-331.

Festins de classes, Ethiopie

Festins de classes. Images des premiers établissements populaires de restauration d’Addis-Abeba (années 1920-1930)

Thomas Guindeuil (secrétaire scientifique du Centre français des études éthiopiennes/chercheur associé à l’IMAF), tomaso.gu@gmail.com

« Plats aristocratiques fins et délicieux ». C’est le texte d’une enseigne de restaurant d’Addis-Abeba des années 1920, que se remémore l’historien éthiopien Berhanou Abebe. La formule est intrigante : qu’est-ce qu’un « plat aristocratique » en Ethiopie, à cette époque ? Surtout, à qui est destiné ce message publicitaire ? Probablement pas aux « aristocrates ». Le slogan illustre une période charnière : après ces temps pionniers pour la restauration éthiopienne, puis l’occupation italienne (1936-1941), la cuisine professionnelle revendiquera plutôt la « tradition », voire la « nation ». Si les témoignages directs sont rares sur la période qui voit se développer la restauration populaire dans la capitale impériale éthiopienne, les formes de cette restauration se précisent dans l’analyse des enseignes peintes qui s’affichent sur le fronton des établissements où l’on boit et mange. La mission ethnographique Dakar-Djibouti, dirigée par Marcel Griaule, en a photographié deux, et acheté trois en 1931. Des documents visuels rares et chargés de symboles qui, une fois confrontés aux textes, offrent une perspective inédite à la fois sur les lieux de sociabilité, les relations entre classes sociales et l’évolution des métiers de bouche d’une ville alors en plein développement.

L’histoire de l’histoire : retour sur les chroniques de Pate

Clélia Coret, doctorante IMAf (clelia.coret@gmail.com) :

L’histoire de l’histoire : retour sur les chroniques de Pate. Écriture de l’histoire et usages du passé au nord de la côte swahili au XIXe siècle

Au début du XXe siècle, plusieurs versions de la chronique de Pate voient le jour dont certaines sont publiées pour la première fois. Le statut de ces documents a par la suite fait l’objet d’importants débats parmi la communauté scientifique. D’abord considérés comme trop partisans de la dynastie au pouvoir dans la cité-État de Pate (les Nabahani), et donc insuffisamment fiables en tant que sources historiques, ils ont ensuite été réexaminés et reconnus comme un corpus documentaire crédible pour renseigner, d’une part, l’histoire de Pate et ses relations avec les autres cités-États swahili, et, d’autre part, les pratiques locales d’écriture de l’histoire. Toutefois, les questionnements autour de ces chroniques n’ont pas complètement pris en compte le contexte de production, voire de gestation, entamé au siècle précédent. Les chroniques semblent l’aboutissement d’un long processus d’écriture de l’histoire constitué d’ébauches et d’hésitations, formé par à-coups et tâtonnements. Des temps d’accélération s’observent au cours du sultanat de Witu (1862-1890), fondé par une faction des Nabahani ayant fuit Pate, et durant le bref épisode du protectorat allemand (1885-1890). Il s’agit de deux temps incontournables du « laboratoire » de fabrication des chroniques, dans la mesure où le passé y est régulièrement sollicité pour légitimer les revendications politiques et territoriales des Allemands et des Nabahani. L’histoire de l’histoire fait alors apparaître d’autres versions, oubliées, étouffées, presque effacées, mais dont certaines sont encore accessibles grâce aux archives allemandes.

Bibliographie

Pouwels, R.L., « Reflections on Historiography and Pre-Nineteenth-Century History from the Pate “Chronicles” », History in Africa, vol. 20, 1993, p. 263-296.

Pouwels, R.L., « The Pate Chronicles Revisited : Nineteenth-Century History and Historiography », History in Africa, vol. 23, 1996, p. 301-318.

Tolmacheva, M. (ed.), The Pate Chronicle, Edited and Translated from MSS 177, 321, 344 and 358 […], East Lansing, Michigan State University Press, 1993.

Ylvisaker, M., « The Origins and Development of the Witu Sultanate », International Journal of African Historical Studies, vol. 11, n° 4, 1978, p. 669-688.